EVENEMENT : FESTIVAL PANTIERO @ CANNES, 8>11 AOÛT


A vous qui pensez que culturellement Cannes n'est qu'une ville de cinéma, vous qui aimez être surpris, vous qui aimez les découvertes, vous qui rêvez de voir vos artistes préférés dans les meilleures conditions, vous qui aimez allier musique et plage, rock, rap et électro, nuit chaude et festival : on vous invite à nous suivre du 8 au 11 août sur le toit du Palais des Festivals de Cannes pour une nouvelle édition du Pantiero.
Il y a deux ans, on été revenues bronzées et plus heureuses que jamais d'avoir vu en quatre jours bon nombre de nos groupes préférés (The Raveonettes, The Rapture, Foals, Local Natives) et fondu sous le charme de quelques groupes qui allaient au delà du coup de cœur (Omar Souleyman, Errors, Mondkopf).
Cet été, nous sommes plus prêtes que jamais à renouveler l'expérience et à nous fondre quatre soirs durant dans une ambiance festivalière chaleureuse et estivale.


Festival de moyenne envergure au niveau du public (une seule scène, environ 4000 spectateurs), le Pantiero met cependant tout son coeur à l'ouvrage quand il s'agit de nous ravir les oreilles. Cette année, la programmation est plus éclectique puisqu'elle accueille une vraie soirée hip-hop en ouverture et Le Klub des Loosers pour sa soirée de clôture et un nombre de découvertes croissant.
On parle de découvertes et elles seront de tous les styles, attendez vous au coup de coeur hip-hop avec Scratch Bandits Crew, électro avec Clark et aux multiples crushs indé avec Mina May, Light Asylum, Apes & Horses et Monogold.
Mais soyez tranquilles, vous pourrez aussi y applaudir vos artistes préférés puisque Puppetmastaz, Crystal Castles, Baxter Dury, Friendly Fires, Para One et Don Rimini seront de la partie.
Et puis on vous donne un des secrets du Pantiero, c'est que les artistes programmés peuvent vous plaire ou non sur disque mais ils vous retourneront toujours sur scène.

Allez, rendez-vous du 8 au 11 août au Palais des Festivals pour quatre soirs d'une rare intensité musicale.

Jessyka

2 commentaires: