TAKE A DRAG OR TWO W / THE FEELING OF LOVE


Le 18 Mai dernier, la fibre rock nîmoise se retrouvait au Café Olive pour déguster le live de ces messieurs de chez Born Bad, The Feeling Of Love, après une mise en bouche signée par nos locaux de Valencia Motel, tout ça bien sûr grâce à l'asso Come On People, née des cendres de Demande moi de m'arrêter. Hallelujah !
On se retrouve donc à l'heure de l'apéro au Café Olive pour poser quelques questions au groupe avant leur prestation du soir. On découvre un trio sympathique et à l'aise, bien qu'un peu fatigués comme ils nous l'expliqueront plus tard.
Pas très loquaces en interview - fatigue et temps limité en sont les raisons -, ils se révèleront complétement sur scène où chacun des membres du groupe assume ses fonctions avec brio et nous fait découvrir les multiples facettes de cette étrange musique : psychédélisme et garage primitif sont servis par Guillaume Marietta et Seb Normal tandis que Seb Joly nous entraîne dans un onirisme synthétique complétement virevoltant.
Pour les absents, la vidéo d'Alexandre Badaroux en fin d'article vous donnera une idée de la chose. Pour l'heure, on laisse la parole au groupe.

Salut les gars, comment ça va ? Prêts pour le concert de ce soir?
Guillaume : Pas vraiment non ! Hier on a joué à Lyon pour les nuits sonores et on a fini un peu tard...
On va vous remotiver alors !
Oui il faut !

Vous avez déjà joué dans le coin?
Guillaume : On a déjà joué a Montpellier plusieurs fois, mais c'est la première fois à Nîmes. On a rencontré Mathieu et Géraldine de Demande Moi De M'arrêter au Midi festival l'an dernier, c'est à ce moment là qu'ils nous ont proposés de nous faire jouer.

Vous tournez un peu ce mois-ci, tout se passe bien? Vous avez des villes fétiches?
Guillaume : Depuis qu'on est revenus des USA en Mars, on ne fait pas de vraie tournée, on fait quelques concerts par-ci par-là.
On a beaucoup aimé jouer à Lyon où on a fait quelques concerts, à Nantes aussi et à Bordeaux, c'est des villes où l'on va assez régulièrement.

Ce soir c'est un peu spécial parce que vous jouez avec un groupe local, Valencia Motel, alors que vous partagez souvent l'affiche avec des groupes signés chez Born Bad ou des formations comme les Black Lips, Les Strange boys ou Ty Segall, ça vous donne l'impression de faire partie d'une scène particulière?
Guillaume : Ça dépend des fois, on ne joue pas forcément qu'avec des groupes du label Born Bad. C'est même parfois mieux de jouer avec des groupes locaux.

Puisque vous jouez souvent avec les même groupes, vous avez l'impression de faire partie d'une famille?
Guillaume : Oui, on peut dire que c'est une famille, ce qu'on appelle la grande triple alliance internationale de l'Est. Après avec les groupes qui n'en font pas partie, on forme une autre famille parce que ça fait plusieurs années qu'on joue ensemble, qu'on s'entraide et à force on est devenus des amis.

On a beaucoup aimé le clip de I Could Be Better Than You But I Don't Wanna Change, comment s'est faite la rencontre avec les Weirdettes qui l'ont réalisé?
Guillaume : On connait Claire des Weirdettes depuis un moment, c'est une fille super cool et puis comme elle faisait des clips et qu'on aimait leur travail, on lui a proposé de faire un des nôtres. Et puis on voulait changer un peu, avoir quelque chose de plus coloré, de plus féminin.

Comment est venue l'idée de collaborer avec Ty Segall?
Seb : On avait une tournée aux USA, on voulait sortir un 45 tours à cette occasion et on cherchait un label. On a trouvé Permanent records et il se trouve que le mec du label connaît bien Ty Segall parce que plusieurs fois il a joué dans sa boutique à Chicago. Donc il nous a branchés pour faire quelques dates ensembles.

A la base, The Feeling Of Love est ton projet solo Guillaume, d'où est venue l'idée ou le besoin d'en faire un groupe?
Guillaume : Parce que jouer tout seul c'est pas marrant. Et puis j'avais envie que les morceaux soient plus riches !
J'avais déjà tendance à enregistrer plusieurs parties de guitare, à taper sur le clavier...au bout d'un moment j'étais bloqué !
Je voulais vraiment qu'il y ait des mélodies. Alors voilà on a essayé à trois et puis on est partis en tournée, ça a été un peu galère au début, puis ça s'est mit en place et maintenant on est un vrai groupe.

Vous pensez que votre musique sonne différemment en live et sur CD ou Vinyle?
Seb : Ça dépend des concerts, ça dépend du son... Mais en général c'est plus rapide en concert, c'est un peu différent, ensuite le dernier album est plus soigné et il y a quelques morceaux qu'on a retravaillés, qui sont plus évolués. Vous verrez!

Si vous pouviez tirer une taffe ou deux sur la cigarette de quelqu'un de connu, ce serait qui ?
Guillaume : Alice Sapritch
Seb Normal : Serge gainsbourg
Seb Joly : Kurt Cobain


Propos recueillis par Alice S. et Jessyka


1 commentaires: